Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CAP-ACCORD

CAP-ACCORD

3 voies pour être en Ac-Corps avec Soi : Consultations individuelles - Atelier aroma - Pleine conscience


Comprendre ses 3 faims

Publié par Maïté Massart sur 6 Septembre 2013, 20:43pm

Catégories : #séances, #gestion du poids

Nous savons évidement ce qu’est avoir « faim », cette sensation qui nous pousse à passer à table ou à manger l’un ou l’autre aliment, avec ou sans plaisir, avec ou sans appétit.

Mais saviez-vous qu’il existe 3 types de faim ? Il y a la faim physiologique, la faim sensorielle et la faim affective.

Les connaître et les reconnaître vous aide à les réguler, à les respecter. Vous faites alors la différence entre un besoin physique de manger et une envie d’un aliment spécifique, voire une « pulsion alimentaire » liée à une émotion, un état.

Découvrir et identifier sa vraie sensation de faim vous offre l’occasion d’y réagir plus justement, en adéquation avec celle-ci.

En effet, répondre à une faim physique par l’apport de nourriture est évident. Mais cette nourriture est-elle vraiment la meilleure réponse à une émotion de tristesse, à un état d’ennui ? Pas si sûr… Et pourtant, c’est bien plus simple d’ouvrir le frigo que d’ouvrir son esprit sur ce qui provoque ces émotions ou ces états et comment y remédier durablement.

La sensation de satiété

Mais revenons à notre sensation de faim, celle qui fait gargouiller notre estomac… Lorsqu’on a répondu « correctement » à cette faim, que l’on a mangé en pleine conscience, arrive alors la sensation de satiété. Sensation de rassasiement parfois difficile à ressentir, à respecter, et qui a pourtant un rôle essentiel dans une gestion du poids sereine et raisonnable, en A-CORPS avec SOI. Important à savoir : on ne peut ressentir la satiété que si on a commencé à manger en ayant vraiment faim… En mangeant sans faim, il y a de grands risques de manger sans fin !

Manger sans faim

Enfin, il arrive également que l’on ne ressente pas du tout la sensation de faim, mais que l’on mange tout de même.

Pourquoi ? Par habitude, par crainte de manquer, parce que c’est l’heure, parce qu’il faut, parce qu’on y pense et qu’on se crée une envie, parce que, tout compte fait, ça a l’air appétissant… Parfois, on mange même « par avance », anticipant notre future et éventuelle fringale. On capitalise alors de la nourriture dans son estomac, parfois jusqu’à l’écœurement.

Toutes ces calories mangées sans FAIM et sans FIN sont des calories vides, inutiles, et pourtant bien réelles dans le corps !

Les aliments-doudous

Mais que l’on soit bien d’accord, s’offrir un morceau de chocolat ou toute autre friandise n’est pas un crime… Pris modérément, en accord avec soi et ses objectifs, ces aliments-doudous apaisent et réconfortent, même si ce n’est pas la solution idéale à nos émotions. Dès-lors, il est intéressant de se poser les bonnes questions : pour me rassurer, calmer une émotion, tranquilliser un état, soulager une sensation, que puis-je m’offrir d’autre que la nourriture ?

LES 3 FAIMS

  1. La faim biologique : le besoin physique de manger
  2. La faim sensorielle : Le désir de manger
  3. La faim affective : La pulsion de manger

La faim biologique : ce BESOIN se manifeste par des sensations corporelles, physiologiques : fébrilité, irritabilité, borborygmes, froid, petites douleurs au ventre, crampes, nausées, vertiges…

Il est alors temps d’apporter l’énergie, les calories et les nutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps et de l’esprit.

C’est évidement cette faim qu’il faut prendre en compte et soulager, sous peine de perte d’énergie conséquente. Respecter sa « vraie » sensation de faim, c’est se respecter dans son intégralité !

La faim sensorielle : Ce DÉSIR est en rapport avec l’appétit, l’excitation et le plaisir des sens, les émotions qui sont liées à un bon repas ou à un aliment spécifique. Nos SENS, dont la vue et l’odorat, excitent le plus l’appétit et nous poussent à manger alors que la vraie faim ne se fait pas ressentir. Le plaisir des papilles, le goût en particulier, nous pousse à manger plus que de nécessaire, juste pour le plaisir que nous en retirons. Même l’ouïe y participe, quand on entend « tu veux un dessert ? » Rien que l’évocation du mot déclenche en nous un désir d'y goûter…

A toute sensation gustative est associée, de façon absolument automatique, une émotion, une réaction affective de plaisir ou de déplaisir qui lui confère une coloration particulière.

Ainsi, juste par la pensée, pouvons-nous provoquer une envie de manger.

La faim affective : Cette PULSION de manger est celle du cœur, des émotions, des sensations, agréables ou désagréables. La réponse à ces émotions est alors bien souvent la nourriture...

C’est également le cas lorsque nous mangeons pour tromper un « état » : l’ennui, la fatigue, pallier à la solitude, faire taire notre anxiété, répondre à un stress, étouffer une colère, etc.

Se « remplir » est alors un moyen de court-circuiter une pensée désagréable, de surmonter une crise d’angoisse, de diminuer une souffrance, évacuer une lassitude.

Le vrai défi est d’identifier ses pulsions, les comprendre, pour pouvoir agir différemment et y répondre en « pleine conscience », accordant plaisir, mental et objectif.

C’est cela aussi, manger en respectant sa faim : décider de manger quand c’est nécessaire mais s’offrir de nouvelles alternatives, non-alimentaires, face à des émotions, des sensations qui ne se guérissent pas avec de la nourriture !

Comprendre ses 3 faims
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonsoir,<br /> Je venais voir ton super blog, j'y reviendrai plus en profondeur un autre jour. Je suis un peu fatiguée aujourd'hui ;-)<br /> On s'est vues tout à l'heure (et tu m'as suivie au retour jusqu'à l'autoroute d'ailleurs ;-) ).<br /> Je voulais aussi te remercier pour ton écoute et ta bonne humeur lors de la formation !<br /> <br /> Marlène (la mangeuse +++ de chocolat) Je sais maintenant que c'est une faim affective n'est-ce pas, mais fallait-il le préciser ? ;-))<br /> Bisous et à bientôt peut-être.
Répondre
M
Bonsoir !<br /> On vient de se voir tout à l'heure (et tu m'as suivie au retour jusqu'à l'autoroute en plus ;-) ) mais je venais voir ton super blog ! j'y reviendrai en profondeur un autre jour car je suis un peu fatiguée aujourd'hui ;-)<br /> Merci pour ton écoute et ta bonne humeur lors de la formation !<br /> Marlène (la mangeuse de chocolat...) Biz
Répondre
C
Coucou,<br /> Bien chouette cet article... Moi, je me pose parfois la question... En ai-je &quot;envie&quot; ou &quot;besoin&quot; de manger telle ou telle chose? ...
Répondre
M
Bonsoir!<br /> Merci pour l'article :)<br /> En effet, il n'est pas simple de savoir si on &quot;envie&quot; ou &quot;besoin&quot;... <br /> Mais si on est vraiment à l'écoute de ses sensations de faim, on peut répondre exactement à ce que le corps réclame. Avez-vous déjà ressenti le besoin réel de manger léger après un repas plus lourd? Ou de manger un morceau de chocolat quand la fatigue se fait sentir? Le corps se régule et envoie des signaux demandant tel ou tel nutriment, tel ou tel aliment. Quand on prend le temps de comprendre ces signaux, &quot;l'envie&quot; devient alors un &quot;besoin&quot;. <br /> Comment vraiment faire la différence entre les 2? Prenez en main l'aliment en question, par exemple un morceau de fromage ou un biscuit. Imaginez que vous le mangez... Sa texture, son goût, sa place dans l'estomac. Que ressentez-vous à ce moment? Concrètement, cet aliment va-t-il vous faire du bien? Le mangeriez-vous avec plaisir? Répond-t-il à un besoin physiologique? <br /> Personnellement, il m'arrive, au goûter, de manger un ou deux biscuits faits maison sans aucune culpabilité. Tout simplement, parce que l'envie de ce type d'aliment, mangé modérément et avec plaisir, correspond au besoin d'énergie perçu à ce moment.<br /> L'envie correspond à une gourmandise (pas forcément négative), à un appétit particulier pour un aliment. Et c'est parfois fort agréable...<br /> Le besoin correspond à un apport particulier de nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre corps. Il a certainement plus besoin de fruits, légumes et autres féculents que de chips ou de bonbons...<br /> A vous de savoir à quoi correspond votre faim et y apporter les réponses les plus adéquates (j'ai faim... de quoi ais-je besoin pour me sentir vraiment bien?). Se poser la question et surtout, entendre et respecter la réponse permet d'y répondre plus facilement que ce que l'on croit...<br /> Bonne découverte!<br /> Maïté

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents